Le retour de l'ovni du mois : TRANSMETROPOLITAN

Le retour de l’ovni du mois : TRANSMETROPOLITAN

Oyez Oyez braves lecteurs, la rubrique de l’Ovni du mois est de retour, et pour ce come-back je vous ai préparé un comics aux petits oignons ! La réédition du comics Transmetropolitan étant actuellement en cours par Urban Comics, cela me donne une raison supplémentaire de vous en parler, et oui je n’allais pas vous parler d’un comics qui était encore introuvable il y a quelques mois, ça aurait été sadique au possible.

Ce comics est une oeuvre créée par l’esprit tordu de Warren Ellis, mais avec un résultat toujours aussi jouissif ! Publié dans le label Helix (DC Comics donc) qui disparu pour rejoindre le label déjanté et inventif VERTIGO.

Je pense qu’un petit aparté est de mise pour présenter Transmetropolitan :

Aux États Unis, un journaliste du nom de Hunter S. Thompson a popularisé un style de journalisme que l’on a nommé « Gonzo » (je vois venir les blagues…). Le journalisme Gonzo prenait le parti pris que, pour écrire sur un sujet, il fallait vivre le sujet et en faire un article avec son propre point de vue, et non juste énumérer les faits. Hunter S. Thompson était aussi connu pour ses excès de langage et de moralité que la police et toutes les mamans du monde réprouvaient.

Sa vie journalistique et personnelle ont laissé leur empreinte dans la pop culture aussi bien au niveau roman (il a écrit Hell’s Angels ainsi que Road 66 pour les plus connus), il a inspiré des films comme Las Vegas Parano, et dans les comics Transmetropolitan.

Transmetropolitan est une histoire futuriste où des fasts foods vendent de la chair humaine ! Oui, vous pouvez commander un pied de Français ou un foie de Brésilien sans problème, et vous accompagnerez bien ça d’œil de phoque j’imagine, le goût est meilleur.

Un futur où on peut se changer en nuage rose pour le fun, où une nouvelle religion apparaît toutes les minutes, un futur où la lapidation est revenue à la mode aux États Unis, un futur où la culture est devenue uniformisée dans un seul bloc noirâtre de médiocrité (futur vous dites ?), où il y a des suppresseurs d’intellect dans l’eau, où la pub est devenu un langage et les politiciens se torchent avec la vérité tous les matins après leur café colombien avec deux sucres.

Spider Jerusalem cherche la vérité, et il n’est pas prévu qu’il soit politiquement correct.

Accompagné par ses deux sordides assistantes et son chat à deux tête (en cas d’agression de sa part, lancez lui un paquet de cigarette Black Russian sans filtre et il vous laissera en vie), Spider va essayer d’ouvrir les yeux à sa ville avec ses articles incendiaires, son langage pas piqué des hannetons et ses agressions à répétition.

Irrévérencieux au possible, avec un grand nombre de clin d’œil et de référence : émeutes du Bronx, élection présidentielle et tant d’autres pans de la culture Américaine et même mondiale.

Des articles touchants où on se retrouve parfois avec un tel cynisme que finalement la peur d’un futur pareil s’évanouit et l’on se rend compte que l’on vit dans ce monde peint par Warren Ellis.

Vous désirez lire une oeuvre intelligente, sans compromis, qui fait réfléchir sur sa propre relation avec le monde tout en regardant un journaliste déguisé en Jesus mettre un boxon sans pareil au salon de la religion ? Courez chez votre libraire au plus vite !

Les deux premiers tomes (sur cinq) de Transmetropolitan sont disponibles chez Urban Comics.

 

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone