Critique : "Sleepy Hollow" saison 1

Critique : « Sleepy Hollow » saison 1

La légende du cavalier sans tête dans le film culte Sleepy Hollow avec Johnny Depp, pur produit de Tim Burton, avait marqué les esprits en l’an 2000 par son ambiance et son style. Une adaptation au format télé, bien que totalement inattendue, avait de quoi susciter la curiosité !

Cette nouvelle série a débuté en septembre 2013, et la première saison vient de s’achever la semaine dernière. L’occasion de vous donner mon impression sur ce sympathique programme !

Dès le premier épisode, on découvre que l’histoire se déroule à notre époque contemporaine, un gros doute m’envahit alors sur la crédibilité d’un cavalier sans tête dans ce contexte. Cependant, les flash-back, deux siècles et demi auparavant,  sont nombreux. Un équilibre se crée rapidement.

La série se cherche pendant les premiers épisodes et il faut s’habituer au concept de cet univers mêlant policiers, sorciers et démons. On y trouve de bonnes idées et une dose d’humour sympa notamment avec la découverte du monde moderne par Ichabod Crane. Une scène mythique : le cavalier sans tête qui découvre des fusils à pompe ! Un bon complément de sa hache !

Les acteurs remplissent bien leur rôle.

sleepy-hollow-2

La trame narrative principale a du mal à démarrer au début, certains épisodes sont presque indépendants, et on frôle « Charmed » pendant quelques épisodes. Heureusement, le scénario principal prend rapidement de l’ampleur, se complexifie et apporte son lot de retournements de situation. La saison se termine en apothéose avec des révélations inattendues. Clairement, le scénario est le gros point positif de Sleepy Hollow, et il faut regarder la saison en intégralité pour en apprécier toutes les subtilités. 

De plus, les références historiques apportent des informations intéressantes sur la guerre d’indépendance, les us et coutumes de l’époque et les origines méconnues de certains termes ou événements. Au-delà de ces véritables anecdotes, l’histoire est en même temps revisitée par la construction d’une nouvelle mythologie propre à la série.

De nombreux épisodes reprennent des schémas classiques d’épouvante : maison hantée, exorcisme, secte etc. Des clins d’œil sympathiques mais qui n’égalent pas les films de genre. Vous n’y trouverez pas le grand frisson, les plus émotifs d’entre vous sursauteront, pas plus.

Au niveau de la réalisation, les épisodes sont inégaux, certains sont très classiques, d’autres offrent des effets GoPro. Quelques plans originaux font leur effet : la vue subjective depuis une victime qui perd sa tête ! Visuellement, le design des créatures est bien, un détail suscite toujours l’étonnement et fait la différence.

Sleepy-Hollow-

Pour conclure, Sleepy Hollow est bon divertissement avec un très bon scénario et une mise en scène qui tient la route. Cette série ne se hisse pas sur le podium, mais un gros potentiel existe pour la suite si le showrunner conserve le meilleur de cette première saison.

 

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone