Critique série : Gotham

Critique série : Gotham

La série Gotham est diffusée depuis septembre dernier sur la chaîne américaine FOX, composée de 22 épisodes, elle vient de s’achever seulement la semaine dernière. En effet, la diffusion a traîné en longueur, histoire de faire durer l’audimat sur une bonne partie de l’année.

L’homme de la situation est non Bruce Wayne/Batman mais la jeune recrue James Gordon (Ben McKenzie) essayant de faire son trou dans une ville gangrenée par la corruption. Le jeune Bruce vient juste de perdre tragiquement ses parents (spoil pour les incultes ! 😉 ) et Oswald Cobblepot/Le Pingouin (Robin Lord Taylor) essaie de gravir les échelons de la mafia.

Un contexte intéressant, James Gordon est un personnage crucial dans le batverse et il mérite sa propre série. On pourrait penser au comicbook Gotham Central (en cours de parution chez Urban Comics) où l’on suit le quotidien des hommes et femmes du GCPD, mais finalement la série est bien différente. Elle est très centrée sur Gordon, et non sur plusieurs policiers. Batman n’existe pas encore. De plus, on suit également de près la progression des vilains, notamment Le Pingouin. D’ailleurs, l’importance donnée à Fish Mooney (Jada Pinkett Smith) est excessive, elle est intéressante dans la première moitié de la saison après c’est passable.

Les épisodes et histoires parallèles sans grand intérêts se justifient par la durée de la saison, il faut bien remplir 22 épisodes de 42 minutes ! Gotham aurait pu être bien meilleure avec quelques épisodes de moins…

Mais ne crachons pas dans la soupe, la série est globalement de bonne facture. On a l’impression qu’elle se cherche par moment et tente de nouvelles pistes, mais après quelques épisodes, on apprécie l’humour et le ton donné. L’ambiance de Gotham est réussie et elle très bien décrite par le Pingouin au début d’un des premiers épisodes. La série est étrangement intemporelle : le commissariat est à l’ancienne (on est loin des Experts), on retrouve l’ambiance de la prohibition avec la Mafia, mais pourtant le téléphone portable existe etc.

Le casting est convaincant, même si les mimiques de l’acteur principal sont parfois déroutantes. L’histoire du Pingouin est un véritable atout pour la série. Bruce Wayne et Alfred ne servent pas que de faire-valoir et arrivent à justifier leur existence dans plusieurs épisodes. Par contre, de nombreux vilains célèbres sont introduits et leur présence n’est pas forcément digne d’intérêt (Ivy Pepper, future Poison Ivy par exemple), du fan service quoi !

Un programme familial, même si certaines scènes ou propos peuvent être choquant, tout cela reste grand public, contrairement à la série Daredevil de Netflix. Gotham évite les scènes sentimentalo-cucu à chaque épisode, ouf !

Gotham est une série sympathique qui se regarde facilement. Un bon divertissement qui ne casse pas des briques mais vous surprendra agréablement par moment. Les nombreux univers et protagonistes présentés (le GCPD, la mafia, les employés de Wayne Enterprise, les vilains) dans cette première saison forment un potentiel intéressant où les interactions peuvent être multiples dans de  prochaine saison. Par contre, les fans du chevalier noir ne doivent pas être trop regardant avec la cohérence vis à vis des comics…

Note : 7/10

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone