Critique : la série "Dominion"

Critique : la série « Dominion »

Dominion est une nouvelle série fantastique de la chaîne Syfy adaptée du film Légion (2010), diffusée de Juin à Août. Quand Dieu perd foi en l’Humanité et disparaît, une légion d’anges en colère menée par Gabriel tente d’exterminer la race humaine. Un groupe de résistance se constitue alors en plein désert autour de l’archange Michael dans des forteresses. Les Hommes trouvent la force de se battre en s’accrochant à l’espoir de l’arrivée prochaine d’un enfant élevé pour guider l’Humanité hors des ténèbres. 25 ans après la fin de la Guerre, l’ennemi s’apprête à refaire surface. Ce Sauveur – l’Elu – serait le bienvenu dans les combats qui s’annoncent. Seulement personne ne sait qui il est. Pas même lui.

Ce synopsis ambitieux semble prometteur… Mais la première question légitime que l’on peut se poser est la suivante : un mauvais film peut-il donner une bonne série ? A priori oui, mais Dominion ne le démontre pas.

D’un point de vue casting, malgré quelques visages connus comme Alan Dale, un acteur de séries (Once Upon A Time, NCIS, Lost etc.), Anthony Head (Buffy) et Tom Wisdom (Astinos dans 300), il n’y a pas de tête d’affiche. Cela ne veut rien dire mais finalement le jeu d’acteur s’avère monotone. Seul Tom Wisdom se distingue par son physique et représente bien l’ange Michael.

On pourrait croire à une série orientée action, mais non ! La série s’axe plutôt sur les manœuvres politiques et autres complots, mais rien de vraiment excitant (très fade par rapport à Game of Thrones). Quelques bonnes idées mais les personnages étant peu attachants, finalement on se fiche bien de qui va obtenir le pouvoir. Le terme « Dominion » fait référence à un petit pays pouvant s’occuper lui-même de ses finances et de sa politique intérieure. C’est le cas de Vega (Las Vegas en ruine) dans la série.

Visuellement, quelques rares plans sont beaux. Ceux de Vega sont réussis et très utilisés lors de transition entre les scènes. Question effets spéciaux, un soin particulier a été apporté aux ailes des anges pour une meilleure crédibilité (la plupart du temps), mais leur déplacement sur les murs, comme accélérés, sont vilains.

Dans le pilote, on présente Vega comme une ville fortifiée avec une sécurité absolue, un des rares bastions des hommes à l’abri des anges. Mais finalement, épisode après épisode, on se rend compte que c’est un vrai moulin. Ça perd en crédibilité !

Pour une série de seulement 8 épisodes, on s’attend à une qualité nettement supérieure. La récente série Helix également de Syfy réserve plus de surprises, bien qu’elle ne soit pas exempte de défaut. Incomparable par rapport à l’excellente série Penny Dreadful sur Showtime.

Note : 4/10

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone