Critique : Blu-Ray de "RoboCop" remasterisé

Critique : Blu-Ray de « RoboCop » remasterisé

Le chef d’œuvre intemporel de Paul Verhoeven revient dans une édition remasterisée 4K bien méritée étant donné les conditions désastreuses de visionnage offertes par les anciennes éditions DVD et Blu-Ray. Nous ne reviendrons pas ici sur les qualités intrinsèques du film (ni sur son absence de défauts) pour nous concentrer sur l’aspect technique de cette édition.

bluray robocop

Vidéo

Malgré la mention 4K, un film de 1987 ne peut afficher une qualité d’image rivalisant avec les derniers blockbusters. Plusieurs facteurs entrent alors en jeu, allant du budget alloué lors du tournage aux conditions de préservation des négatifs originaux et bien évidemment la qualité même de la restauration. Ce dernier implique un subtil équilibre entre respect de l’œuvre et « coup de neuf » exigé par les nouveaux formats HD. Un exercice souvent casse gueule, mais dont certaines rééditions ont su rendre leur lettres de noblesses à des classiques tel que The Thing, Mad Max 2 ou Les dents de la mer.

RoboCop s’en sort lui aussi particulièrement bien avec un travail de restauration quasiment exemplaire, sans toutefois prétendre rivaliser avec les exemples précités. Le nouveau master garde ce grain inhérent à la pellicule, dont l’intensité varie en fonction des scènes, la colorimétrie est plus chaude que sur les précédentes éditions, et la définition accrue permet d’afficher une quantité de détails invisibles jusqu’à présent, que se soit sur les textures de peau, les costumes, les contours, les arrières plans ou au niveau de la production design. Quand à l’armure de Rob Bottin, vous ne l’avez jamais vue ainsi : brillante, magnifiquement éclairée et profitant d’une définition qui nous fait redécouvrir le travail du génie fou avec reflets bleu/rouge sur toute l’armure, les textures des différents matériaux utilisés ou encore des micros détails au niveau des points de jonctions.

La nouvelle colorimétrie accentue encore plus la démarcation entre les textures organiques et humaines des environnements extérieurs et la dominante grisonnante de tout ce qui ce qui concerne l’OCP et ses employés. Le tout soutenu par des noirs profonds (à l’exception de certains plans un peu moins stables, principalement issus du director’s cut), un nettoyage du négatif parfait et des contrastes au top mettant bien en valeur le Detroit en ruines du film. Avec un débit moyen de 27.19 Mbps, le film hyper crade de Verhoeven n’a jamais paru aussi beau et propre, tout en respectant au mieux la vision et le travail du réalisateur et de son  chef’op Jost Vacano.

 En conclusion, RoboCop en 4K ça démonte toutes les autres éditions parues à ce jour, et offre ce qui semble être le rendu le plus proche de la volonté de ses créateurs. On n’ira pas jusqu’à dire « merci remake » mais presque. On attend maintenant Starship Troopers en 4K (sans remake c’est possible ?).

Voici un comparatif d’images de la version normale et remastérisée :

Audio

Une section audio qui reprend le même mixage VF DTS que les anciennes éditions, à savoir une piste mollassonne et très peu spatialisée, mais avec des voix claires et ayant corrigé certaines fausses notes avec notamment un doublage (douteux) des scènes issues du director’s cut. Mais ne vous inquiétez pas, on a toujours le classique « Oui, je suis un policio ». Le nouveau mixage de la VO en DTS-HD  est bien plus pêchu, avec des effets plus marqués (notamment les bruits du robot que se soient ceux de sa gestuelle, de ses pas ou de son flingue) et une activité du caisson bien plus efficace.

Bonus 

On retrouve ici les bonus de l’édition DVD, qui avaient disparu du précédent Blu-Ray, ainsi que l’ajout d’un Q&A de 2012 avec les principaux responsables de ce chef d’œuvre (Verhoeven, Neumeier, Miner, Weller, Allen). Un bonus intéressant, même s’il ne nous apprend pas grand-chose de nouveau sur la conception du film, mais participe d’avantage à un certain bonheur nostalgique de revoir tous ces gens (en forme le Paulo !) partager leurs souvenirs et surtout l’immense fierté d’avoir participé à ce projet.

 Q&A avec l’équipe du film

Interview de Paul Verhoeven
Documentaire : Chair et acier
Commentaire audio de Paul Verhoeven, Ed Neumeier et Jon Davison
Reportages de 1987
Scènes inédites
Teaser et bande-annonce
Spot TV
Comparaison film/story-boards, avec commentaire de Phil Tippett
Bandes-annonces

Rédacteur : Davidov

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone