Critique : "Assassin's Creed IV : Black Flag"

Critique : « Assassin’s Creed IV : Black Flag »

Après la déception d’Assassin’s Creed 3, je vous avoue que je n’ai pas eu très envie de jouer au dernier en date.

Mais étant fan de la première heure de ce jeu mélangeant fait historique, complot et science fiction, j’ai redonné une chance à la licence et j’ai bien eu raison !

Dès le début, le jeu annonce une aventure très colorée et chatoyante dans les îles des Caraïbes. Très vite, on prend ses marques en passant le tutoriel sans trop de difficulté et sans s’en rendre compte car intégré dans l’histoire d’une manière assez intelligente.

Quelques quêtes pour mettre dans le bain puis on vous donne un bateau avec une joie  que j’ai rarement ressenti dans un jeu. La liberté est réelle et on la sent pleinement dans toute sa splendeur.

Les marins à bord qui fredonnent des chants de l’époque, le bruit de la mer, la météo changeante, les divers bateaux Espagnol ou Anglais naviguant, tout vous transporte à une autre époque !

Ce qu’on peut faire en plein océan est quasi illimité, aborder différentes sortes de navire (et je vous assure, qu’avec la musique et le gameplay, attaquer les autre bateaux devient vraiment épique) voir une baleine blanche sauter juste à coté du bateau, chasser les requins et les baleines au harpon (madame Brigitte Bardot, calmez vous, ce n’est qu’un jeu) faire de la plongée sous marine, explorer les îles non répertoriées sur la carte tout en étant suivi par un banc de dauphins, trouver des cartes au trésor et chercher celui-ci, détruire des forts pour vous les approprier, battre les 4 navires légendaires… Aidé d’une carte gigantesque, rien que ces missions là, vous prendrons facilement 40 heures !

Passons au personnage principal, Edward Kenway, le grand père de Connor Kenway assassin du troisième opus, est d’un charisme rare et un pirate pur souche!

Pour éviter tout spoiler, ne lisez pas les 2 prochaines ligne!

Ce personnage diffère des autre assassin’s creed car , tout simplement, il ne devient pas assassin à cause d’une raison personnelle (comme pour les autres opus) mais plutôt par expérience, il se rend compte de la nécessité et du bien fait de cette guilde d’assassins.

L’histoire quant à elle est juste, historiquement parlant, et palpitante, entre vérité historique et scénario de science-fiction, tout a été agencé de main de maître ! Certaines parties m’ont même donné les larmes aux yeux, et je l’avoue sans honte (enfin un petit peu quand même) et change sensiblement l’avenir de la licence.

Le seul bémol scénaristique, les passages dans le présent sont insignifiantes et ennuyeuses.

Au niveau du gameplay, nouvelles armes, nouveaux gadgets, nouveaux moyens de transport, nouvelles manières de pister vos cibles, nouvelles manières de se battre (les 4 pistolets par exemple), en clair beaucoup de nouveauté, mais c’est un peu répétitif quand vous arriverez à votre quarantième heure de jeu mais cela n’enlève rien du tout au plaisir qu’il procure.

Beaucoup de bugs et de problèmes d’intelligence artificiel sont présents aussi, et ce sont les seuls vrais problèmes du jeu, mais seront probablement réglés dans un patch pour la PS3 et déjà réglés lors de la sortie PS4 le 21 Novembre prochain.

Un multijoueur est aussi présent dans cet opus, quasi un copier/coller du précédent, mais au moins il marche très bien, pas de problème de serveur ni de déconnexion intempestive, et c’est devenu rare lors d’un lancement de jeu que le multi soit opérationnel le premier jour !

Ma note:

19/20 Immersif au possible, beaucoup de nouveautés, une histoire parfaite, juste les bugs qui font baisser un peu la note!

 

 

Cet article vous a plu ? Alors partagez-le en cliquant sur les boutons ci-dessous :
Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on Google+Email this to someone